Congo : L’UPADS souhaite le retour de ses cadres

0

C’est le message qu’on peut retenir, à l’occasion de la célébration des 30 ans de l’Union Panafricaine pour la Démocratie Sociale (UPADS).

Le parti politique fondé par Pascal Lissouba est fragilisé par le départ de nombre de ses cadres. Ces derniers ont rejoint le camp du régime de Denis Sassou Nguesso. La plupart pour des rasions de survie. Les vides laissés par ces militants causent préjudice à l’UPADS. L’Union Panafricaine pour la Démocratie Sociale est également secouée par les conflits d’autorité. Le leader de l’UPADS à savoir Pascal Tsaty Mabiala, a l’impression de prêcher dans le désert. Il ne parvient pas à recadrer les troupes.

L’Union Panafricaine pour la Démocratie Sociale totalise actuellement 8 députés à l’Assemblée Nationale du Congo sur un échantillon de 150 élus. L’ambition de l’UPADS est de rafler plus de représentants lors des prochaines législatives. Beaucoup de militants pensent qu’il faut de stratégie pour sortir la tête de l’eau. La Présidentielle 2026 au Congo doit se préparer maintenant. L’UPADS est la principale force de l’opposition congolaise.

Lors de la transition de 1991 à 1992 vers des élections multipartites, l’UPADS faisait partie de l’Alliance Nationale pour la Démocratie (AND). Le Parti Congolais du Travail (PCT) était aussi membre de l’Alliance. Lors des Législatives de 1992, l’UPADS a remporté 39 des 125 sièges que comptait l’Assemblée. Pascal Lissouba a battu Bernard Koléla, le leader du Mouvement Congolais pour la Démocratie et le Développement Intégré (MCDDI), au second tour de la Présidentielle  1992 en remportant 61,32 % des voix.

Commentaires Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here