Cameroun : 34 salariés de Cami Toyota licenciés

0

De l’avis du Président de la Fondation Camerounaise des Consommateurs (FOCACO) Alphonse Ayissi Abena, la société attribue ce licenciement aux difficultés économiques.

Depuis quelques jours, Alphonse Ayissi Abena mène un combat contre Cameroon Motors Industries (Cami Motors). Le concessionaire automobile, filiale du géant mondial de la distribution CFAO Group, s’est illustré à la fin du mois d’août 2021 par le licenciement « pour motif économique » de 34 salariés. De l’avis du Président de la FECACO, c’est un enfumage. Ayissi Abena signale que récemment, Cami Toyota a créé plusieurs postes de directeurs commerciaux à Douala et Yaoundé.  Le dernier en date est celui de Directeur Commercial Pneumatique avec prise d’effet le 1er juin 2021.

Le Président Ayissi Abena souligne que ce qui écœure, c’est le timing du licenciement, et son caractère racial. Il faut retenir que certains travailleurs licenciés, cumulent plus de 24 années d’ancienneté. C’est inhumain et irresponsable pour cette entreprise qui se dit citoyenne de mettre des chefs de famille à la porte à la veille de la rentrée scolaire. Selon le site www.investiraucameroun.com, entre janvier et septembre 2014, les concessionnaires automobiles Cami Toyota et Tractafric ont vendu 3005 véhicules neufs au Cameroun.

La Cami et Tractafric Motors sont restés leaders du marché, avec 70,6% de parts de marché. Avec 1427 véhicules vendus sur le territoire camerounais sur la période considérée, soit 47,49% de parts de marché, Cami Toyota s’est taillé la part du lion dans le commerce des véhicules neufs dans le pays. La société a été suivie par Tractafric Motors, avec 23% de parts du marché, pour 697 véhicules vendus au 30 septembre 2014. Les autres acteurs du marché, Socada (18% de parts du marché), Tiger Motors (6,3%), Mitcam (2,3%) et Sacam (0,93%), spécialisé dans la commercialisation de camions.

 

Commentaires Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here