Zimbabwe : L’ONU sidérée par la mort de Memory Machaya

0

L’Organisation des Nations Unies (ONU) a pris position dans un communiqué

L’ONU prend note avec une profonde préoccupation et condamne fermement les circonstances ayant conduit à la mort de Memory Machaya. La jeune fille de 14 ans était originaire de la campagne de Marange, dans l’est du pays. Des rapports inquiétants faisant état de violations sexuelles de filles mineures, y compris de mariages forcés d’enfants, continuent de faire surface.

Pour l’organisation onusienne,  il s’agit en fait d’un autre triste cas. La police et la commission nationale du genre enquêtent sur les circonstances qui ont conduit, à la mort et l’enterrement de Machaya. Les médias locaux ont rapporté que la jeune fille était décédée le mois dernier, mais l’affaire n’a été révélée que la semaine dernière après que des proches en colère, qui n’avaient pas été autorisés par la sécurité de l’église à assister à son enterrement, aient raconté leur histoire à la presse d’Etat.

Les Zimbabwéens se sont tournés vers les médias sociaux pour exprimer leur indignation. Au Zimbabwe, une fille sur trois au Zimbabwe est susceptible d’être mariée avant d’avoir 18 ans. Les églises apostoliques, qui évitent les hôpitaux, attirent des millions de fidèles avec leurs promesses de guérir les maladies et de délivrer les gens de la pauvreté.

Ce que vous voyez aujourd’hui, c’est-à-dire une jeune fille forcée de se marier, de tomber enceinte et de mourir, n’est pas une aberration ! Il fait partie du même continuum. Les femmes ne sont pas considérées comme pleinement humaines, avec des droits individuels, le choix, le droit de contrôler notre propre corps, » a écrit Everjoice Win, féministe et militante des droits, sur Twitter.

 

Commentaires Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here