Tchad : Le Parlement européen condamne la prise de pouvoir par le CMT

0

L’institution du vieux continent prend position dans ses textes adoptés le 20 mai 2021 à Bruxelles.

Les parlementaires européens fustigent le coup de force du 20 avril 2021, regrettent la suspension de la constitution tchadienne qui s’en est suivie et la dissolution du gouvernement; rejettent la mise en place, par le Conseil Militaire de Transition (CMT), d’une charte qui n’a pas été soumise à une consultation démocratique. Le Parlement Européen est convaincu que les divisions actuelles au sein de la société tchadienne ne peuvent être résolues par des moyens militaires.

Il invite toutes les parties à s’abstenir de toute action violente, à s’engager dans un dialogue politique et à préserver les vies de la population civile. Les députés européens demandent au Conseil Militaire de Transition d’assurer un retour sans entrave et rapide à l’ordre constitutionnel et de veiller au respect des valeurs démocratiques. A leur avis, la nomination d’un gouvernement de transition civil, comprenant des membres de certains groupes de l’opposition, est un premier pas vers le retour à l’ordre constitutionnel. Le Conseil Militaire doit créer et garantir les conditions d’un dialogue national inclusif entre le gouvernement et les acteurs de la société civile.

Il faut à assurer une transition pacifique, menée par des civils et urgente vers des élections démocratiques, libres et équitables, dans les meilleurs délais, qui aboutiraient à un président élu démocratiquement et à un gouvernement d’ouverture. La véritable transition et réforme démocratique doit être menée par des civils et permettre la participation pleine et active des organisations de la société civile, des femmes et des jeunes, des partis d’opposition et de la presse libre, qui devraient être en mesure d’œuvrer sans violence, intimidation ou restrictions.

Le Parlement  condamne la restriction du droit de manifestation et le recours à la violence par le CMT contre des manifestants. Le Conseil devrait libérer toutes les personnes emprisonnées à la suite de manifestations récentes. Il gagnerait à mettre en place une commission d’enquête indépendante et impartiale pour enquêter sur les abus commis pendant les manifestations. Des éventuelles violations des droits de l’homme ont pu se produire, y compris l’utilisation apparente d’une force inutile et disproportionnée pour disperser les manifestants. Le Parlement européen est dirigé par David Sassoli depuis le 03 juillet 2019.

 

 

Commentaires Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here