Cameroun : Les jeunes se liguent contre les changements climatiques

0

C’est à l’occasion de la Semaine des Jeunes pour l’Energie et le Climat, organisée du 29 au 30 mars 2021 à Yaoundé.

Les participants à cette activité placée sous le thème : « Climat et énergie au Cameroun : contribution des jeunes au développement durable », sont venus s’abreuver aux sources de Parfait Oumba (Université Catholique d’Afrique Centrale), Timothée Kagonbe (Point Focal National Changements Climatiques), Augustin Bitchik Bi Bitchik (Expert des Politiques Climatiques) et bien d’autres intervenants. Des sessions ont été animées sur l’adaptation climatique au Cameroun ; l’intérêt d’un engagement climatique de la jeunesse camerounaise ; les jeunes et le climat ; l’énergie durable au Cameroun ; l’apport des jeunes dans la transition énergétique au Cameroun.

Selon Docteur Parfait Oumba de l’UCAC, l’activité anthropique est la principale cause des changements climatiques. La prise de conscience par rapport aux changements climatiques a été motivée par plusieurs facteurs. Notamment la Conférence de Stockholm de 1972, l’industrialisation, le Rapport de Brundtland de 1987, la Conférence de Rio de 1992 et la Conférence de Paris de 2015. Les exigences de la communauté internationale sur la question du climat sont nombreuses. Elles interpellent tous les pays de la planète. Ces exigences sont par exemple, la gestion durable des ressources humaines, l’adaptation aux changements climatiques, les objectifs du développement durable, le recours aux énergies renouvelables, la communication nationale sur les changements climatiques et la stratégie nationale de lutte contre les changements climatiques.

La contribution du Cameroun se décline en la réduction des émissions de gaz à effets de serre. En matière d’intégration, dans les programmes d’enseignement des notions liées à la lutte contre les changements, on retient qu’il y a des ajustements à faire. Oumba propose que les capacités des enseignants soient renforcées. Il est nécessaire de créer un module pouvant traiter des questions climatiques. De l’avis de Timothée Kagonbe,  la température de la terre va augmenter de 6°Celsius d’ici 2100.

Cette augmentation aura pour conséquences directes, l’acidification des océans, la perte de la biodiversité, la crise alimentaire, la raréfaction des ressources en eau, l’augmentation du niveau de la mer de 4 mètres, la disparition des cités côtières come Kribi et Limbe etc. Pour éviter ce désastre, la hausse de la température du globe terrestre doit être maintenue à 2°Celsius. Le monde entier doit appliquer des mesures facilitant l’atténuation et l’adaptation face aux changements climatiques. La Semaine des Jeunes pour l’Energie et le Climat, est une initiative de la Fondation Friedrich Ebert, l’ONG Jeunes Volontaires pour l’Environnement et l’Ecole Nationale Supérieure Polytechnique de Yaoundé.

 

 

Commentaires Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here