Cameroun : L’ONU plaide pour la libération de Kamto

0

Quatorze experts indépendants des droits de l’homme des Nations Unies se sont exprimés dans un communiqué, le 12 octobre 2020 sur la situation de l’opposant.

Ils ont appelé le Cameroun à libérer le président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) à savoir Maurice Kamto. L’homme politique est assigné à résidence avec sa famille depuis la nuit du 22 septembre 2020. Les forces de sécurité ont été déployées pour empêcher le chef du MRC, de communiquer avec les membres de son parti et ses avocats, et de prendre part aux manifestations.

Ces experts ont demandé au Cameroun d’enquêter de manière impartiale sur toutes les violations des droits de l’homme, y compris les allégations de disparitions forcées, de détention arbitraire et de mauvais traitements infligés aux manifestants, et de traduire les auteurs de ces actes en justice. « Nous sommes extrêmement préoccupés par les arrestations massives de manifestants pacifiques et de militants politiques qui expriment leur dissidence », ont déclaré les experts dans un communiqué conjoint.

De l’avis des experts onusiens, l’assignation à résidence de Maurice Kamto pourrait constituer une privation de liberté, en violation de ses droits à la liberté de réunion pacifique et d’association, ainsi que de la liberté et à la sécurité de sa personne. Les experts ont fait part de leurs préoccupations à l’Etat du Cameroun. Ces derniers rappellent qu’en vertu du droit international, tout individu a le droit d’organiser et de participer à des réunions pacifiques.

Il n’est pas interdit de s’associer avec d’autres et de prendre part à la conduite de la vie publique. Aucun de ces actes n’est un crime, et le Cameroun devrait célébrer et accepter la dissidence. Une véritable démocratie prend en compte les demandes de la population au lieu de les réprimer. Les experts invitent les autorités camerounaises à prendre les mesures nécessaires pour garantir un environnement propice à des élections pacifiques et transparentes.

 

Commentaires Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here