Cameroun : L’ élection de Baba Nicholas annulée

0

Plusieurs arrondissements dans la région de L’Est ont vu leurs maires déboutés. Un des cas les plus flagrants est celui du « pseudo »  nouveau maire de Bétaré-Oya débouté par la justice.

La session de plein droit sera reprise dans trois communes de la région de l’Est. Il s’agit de Betaré-Oya, Messok et Lomié dont la justice vient de constater l’irrégularité et la nullité des récentes élections qui ont vu le choix des maires. Le Tribunal Administratif de Bertoua sous la houlette de son président, Laurent Ngantchuet Nantcha, a commencé à statuer sur les onzes recours. Pour les trois cas annulés, le motif essentiel commun est la pratique de la corruption qui a émaillé le processus, dont certains membres du collège électoral ont publiquement reconnu les faits.

Une fois le verdict tombé, le sentiment était partagé. D’un côté, la déception du côté de trois maires qui ont pourtant prêté serment, à savoir Baba Nicolas (Betaré-Oya), Keyo Bachelard (Messok) et Gérard Lomie Mabia (Lomié). Certains entendent interjeter appel. Le cas de Bétaré Oya est flagrant. Le maire débouté est Délégué Régional de l’Habitat. Ce qui fait de lui un Directeur Adjoint de l’Administration et cadre avec classe et rang de Directeur de l’Administration Centrale. L’opinion fait état de son arrogance et des soupçons de créations des clans résolument tournés vers la mafia.

En attendant l’évocation des arrondissements de Lomié, Mayo Louti, Mayo Oulo, Kon Yambeta à la suite de l’audience  du 26 mai 2020, ça chauffe à Bétaré Oya avec ce qu’on pourra désormais appeler le « Baba Nicholasgate ». Comment comprendre qu’un Délégué Régional de l’Habitat,  ait pu outrepasser les règles et lois de la République dans l’unique but d’atteindre le perchoir de l’exécutif communal ? Heureusement que la justice camerounaise bien que lente rétablit en général la vérité.

A Bétaré Oya, la paix, l’unité et le progrès sont des acquis depuis des années, et cela s’est toujours implémenté avec les exécutifs communaux qui se sont succédés en synergie avec les élites. D’élection de Baba Nicholas est illogique selon des sources crédibles qui évoquent de sa part, un caractère peu enviable. La division et le mépris des élites semblent être son apanage. La loi de la nature s’est elle invitée pour le débouter de ses fonctions de maire? Il faut saluer la détermination, la pugnacité et la dextérité du maire sortant qui n’a eu de cesse de dénoncer les incongruités qui ont émaillé l’élection de Baba au perchoir de l’exécutif communal de Bétaré-Oya.

Rappelons qu’en mars dernier, le Tribunal Administratif de la région de l’Est, siégeant au Palais de Justice de Bertoua avait rendu son verdict, en audience publique extraordinaire du contentieux postélectoral de l’élection des conseillers municipaux du 09 février 2020, conformément à la loi, sur le recours intenté par Adamou Iya Justin, maire sortant de la commune de Bétaré-Oya contre son challenger  nouvellement élu aux fins d’annulation de l’élection de l’exécutif municipal tenue le 18 février 2020 .

« Après le double scrutin du 09 février 2020, et conformément aux dispositions pertinentes de la loi, la session de plein droit se tient 02 semaines après la proclamation des résultats, et obéit à certaines obligations de la loi pour le cas de la commune de Bétaré-Oya. Le parti et lladministration ont décidé de passer outre les dispositions de la loi en acceptant la candidature de Baba Nicolas, comme candidat au poste de maire. Conformément à l’article 204 de la loi portant code général des collectivités territoriales décentralisées, Baba Nicolas, étant Délégué Régional dans la région du Centre et domicilié à Yaoundé n’obéit pas aux critères de la loi, notamment les dispositions de l’article 144 sur l’obligation pour le candidat de résider dans sa commune.

Les dispositions des articles 204 et 144 du code général des collectivités n’ont pas été respectées. De même il y a eu corruption dans la mesure où Baba Nicolas a réuni plusieurs conseillers pendant plus de deux jours hors de l’arrondissement où ils étaient logés, nourris tutti quanti. Ce qui a d’ailleurs fait que les préliminaires aient lieu ce jour-là. Bien vouloir donc ordonner la reprise des travaux de session de plein droit ; annuler purement et simplement la candidature de Baba Nicolas pour corruption et demander au RDPC de désigner un autre chargé de mission », renseigne la requête.

Après l’exposé des prétentions des parties. Notamment les conseils du mis en cause avec des arguties ne pesant pas assez, la décision de la justice a été la suivante sans appel : « statuant publiquement contradictoirement à l’égard de toutes les parties, en matière du contentieux postélectoral, en premier ressort à l’unanimité des ministres de la collégialité et après avoir délibéré conformément à la loi », lit-on. Au finish, « Article 1er : le recours de M. Adamou Iya Justin est recevable ; Article2 : ledit recours est fondé ; Article 3 : par conséquent annulé, l’élection de l’exécutif de la commune de Bétaré-Oya, objet de la session de plein droit tenue le 18 février 2020 ; Article 4 : les dépenses sont laissés à la charge du trésor public.

Cette décision selon plusieurs observateurs avertis a provoqué une satisfaction générale de l’ensemble de la population de l’arrondissement. Les administrés ont toujours relevé son incompétence dans la gestion de certains chantiers du temps où il était délégué départemental. Une gestion qualifiée de chaotique. « Ce monsieur créé des clans et divisions dans l’arrondissement. Il manque de respect aux élites et n’a aucune notion du vivre ensemble, » s’exclame une élite. Les regards sont désormais tournés vers le rétablissement certain de l’ancien maire dont les dénonciations étaient écartées.

 

Commentaires Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here