Cameroun : La FECAFOOT embourbée dans 36 procédures

0

Entre tracasseries judiciaires cache-sexe et inertie dans la réalisation des projets du football, le Président Seidou Mbombo Njoya semble avoir opté pour la formule « plus de flop que de top ».

Selon des sources internes à  la Fédération Camerounaise de Football (FECAFOOT), les chiffres relevés dans la gestion calamiteuse de l’organisation font froid au dos. Près de 30% du budget actuel de la fédération est consacré aux procédures bidon à tête chercheuse, généralement perdues, qui par ailleurs transpirent à la fois le complot, l’injustice et l’incompétence. Sur un tout autre plan, la Fédération Camerounaise de Football est actuellement impliquée par près  de 36 procédures au Cameroun et à l’étranger.

La note est de plus en plus salée avec près de 50 fournisseurs qui envisagent de porter plainte à l’instance. Quand  aux  subventions aux ligues, aux clubs, aux corps de métiers et aux joueurs, elles  sont devenues un leurre permanent. La désertion des sponsors est flagrante. Et ces derniers se retirent avec un snobisme caractérisé. La FECAFOOT a déjà perdu près de 60% de son budget, à l’effet de maintenir la classe politique et l’opinion nationale et internationale dans un sommeil bénéfique aux fossoyeurs actuels.

C’est avec stupéfaction que des boucs émissaires sont servis et jetés en pâture à l’opinion pour meubler le temps et détourner l’attention. Cette situation arrange certainement les avocats engraissés à coups de costauds honoraires avec probablement des rétro-commissions et autres pots-de-vin. Les vrais acteurs du football sont lésés et tourner en bourrique dans « le bluff et le ponce pilatisme » s’est érigé en règle. Cette situation interpelle, pouvoirs publics, acteurs de la chaine et tous les amoureux du football.

Il faut mettre un terme aux actions de ces prédateurs financiers qui sont arrivés aux affaires pour faire plus de « flops que de tops ». Plusieurs Camerounais se demandent pourquoi le Président Seidou s’est-il incliné à de telles déviances alors qu’il était source d’espoir ? Est-il mal conseillé ? Mal entouré ? Rancunier ? De mauvaise foi ? Que va devenir la FECAFOOT après les verdicts des procès pendants au TAS ?, ceux l’opposant à Astre, à la Ligue de Football du Cameroun, à AS de Meiganga, et à ACFAC ?

« Parfois, je me demande si ce pays fonctionne normalement. Le président de la FECAFOOT nous a présenté un programme séduisant avant son élection, au point ou nous avons pensé qu’il était le messie. Malheureusement, celui qu’on croyait ange n’était qu’un démon avec tout ce qu’on vit au sein de cette boite. Rien n’a changé. Votre journal évoquait en 2019 des centaines de millions dépensés dans des voyages inutiles pour ne parler que de ce cas. C’est malheureux. Que Dieu nous vienne en aide », fulmine Bertrand Mahop, acteur du mouvement sportif.

Pour d’autres à l’instar Aimé Ngonza,  c’est l’occasion de soutenir un slogan qui circule dans l’opinion publique, à savoir « halte aux procès inutiles et distrayants et place enfin au football », lance t-il. La fédé est devenue un véritable pandémonium, entendez « lieu ou règne la souffrance par excellence ». C’est un véritable cataclysme avec ce qu’il y a lieu de qualifier de pannes managériales,  dans la gestion de cette structure qui sombre de plus en plus dans l’agonie. L’instance faitière est plongée dans la hantise du harcèlement des acteurs clés du football par voie de harcèlement judiciaire ad hoc.

Au bout du compte, et désespérément, les problèmes de fait restent sans solutions, abandonnés à une décrépitude qui ne cesse de croitre, au point de foutre en l’air l’image de marque de notre nation. Rappelons que dans cette même lancée du dilatoire, le Président de la FECAFOOT a tenu une conférence de presse à la suite du comité exécutif consacré à la répartition de l’appui spécial Covid-19 de la FIFA à la FECAFOOT. Attendons voir les casseroles que vont générer cette répartition.

 

Commentaires Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here