Centrafrique : Les anti-balaka liquident un casque bleu

0

Des hommes armés sous le commandement direct de Dimitri Ayoloma ont lancé le 15 mars 2020, une attaque contre la ville de Grimari, à l’ouest de Bambarim dans la préfecture de la Ouaka.

Les anti-balakas ont immédiatement ouvert le feu sur les domiciles du sous-préfet et du maire, semant la panique au sein de la population. Un casque bleu burundais de la Mission des Nations Unies en République Centrafricaine (MINUSCA) a été tué. Ce dernier tentait avec ses collègues d’enrayer une offensive conduite par des anti-balaka.

« Conformément au mandat de protection des civils de la MINUSCA, les casques bleus du poste militaire avancé de la Mission sont immédiatement intervenus pour mettre fin à l’attaque. L’un d’entre eux a été mortellement touché par les anti-balaka, qui ont délibérément ouvert le feu sur les soldats de la paix », a indiqué la MINUSCA dans un communiqué.

Il s’agit du deuxième membre de la MINUSCA tué au mois de mars par un groupe armé en RCA. Le 07 mars 2020, le corps sans vie, criblé de balles, d’un employé du bureau de la Mission onusienne, à Ndélé, (nord-est du pays) a été retrouvé tôt dans la brousse par la population.

Selon le Représentant Spécial, Mankeur Ndiaye, cette attaque contre Grimari et les casques bleus est inadmissible. Elle constitue un crime grave relevant de la compétence des juridictions nationales et internationales. Le leader Dimitri Ayoloma, ainsi que tous les auteurs et complices de l’attaque de Grimari devront répondre de leurs actes devant la justice.

Ndiaye a rappelé que toute atteinte à la vie d’un soldat de la paix peut être considérée comme un crime de guerre. Cet acte ignoble est passible de poursuites par la justice nationale ou internationale. La Force de la MINUSCA a renforcé les patrouilles à Grimari pour sécuriser les populations et prévenir d’autres incidents.

Commentaires Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here