Centrafrique : Mankeur Ndiaye accuse les groupes armés d’entraver la paix

0

Devant le Conseil de Sécurité, le Représentant Spécial des Nations Unies pour la République Centrafricaine, a déploré le 20 février 2020, les appels à la violence et la reprise des combats dans le pays.

Mankeur Ndiaye a tout de même salué les avancées obtenues grâce à l’Accord Politique pour la Paix et la Réconciliation. A son sens, malgré l’amélioration de la sécurité générale du pays, il reste des poches d’instabilité, principalement liées aux affrontements entre groupes armés qui se disputent le territoire et les ressources. Le Chef de la Mission des Nations Unies en RCA (MINUSCA) a précisé que les affrontements constituent de graves menaces pour la protection des civils. Ils ont entraîné une augmentation des tensions intercommunautaires dans des endroits comme Birao, Bria et Alindao.

Le Représentant Spécial a estimé que les affrontements inter-ethniques à Birao entre les membres Rounga du Front Populaire pour la Renaissance de la République Centrafricaine (FPRC) et le Mouvement des Libérateurs de la RCA pour la Justice (MLCJ), principalement Kara, ont affaibli davantage la sécurité et la situation humanitaire dans le nord-est du pays. Mankeur a dénoncé l’expansion de l’Union pour la Paix en Centrafrique (UPC) dans l’extrême Sud-Est du pays (Haut-Mbomou) et dans certaines localités à l’Ouest.

Mankeur Ndiaye a appelé le Conseil de sécurité à examiner l’adoption de mesures fortes contre tous ceux qui continuent à entraver la mise en œuvre de l’accord de paix. Le Représentant Spécial a réaffirmé la détermination de la MINUSCA à mettre en œuvre le mandat confié par les Quinze pour protéger les civils et appuyer les parties devant mettre en application l’Accord pour la Paix et la Réconciliation en République Centrafricaine (APPR-RCA). Cet accord a été signé par le gouvernement et 14 groupes armés au début de l’année 2019.

Commentaires Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here