Centrafrique : Le dialogue entre leaders avance à Birao

0

Une session a réuni une soixantaine de leaders, le 05 février 2020 à l’école préfectorale de la ville.

Au fil des échanges, les participants ont accordé leurs violons, chose rare depuis les affrontements d’octobre 2019. Preuve que la réconciliation entre filles et filles de Birao dépend de leur volonté, leur engagement et leur enracinement social pour leur localité. De l’avis de Ismaël Moussa, membre du Conseil des Jeunes et Représentant du Chef de Quartier de Birao 5, il y a nécessité de trouver des remèdes efficaces pour les maux dont souffre la localité. Il faut se parler, bien entendu, mais surtout traduire les paroles en actes.

« Regardez, nous sommes réunis dans une salle de classe et l’école est fermée, nos enfants sont à la maison. Cela n’est pas que la faute des groupes armés. C’est aussi notre manque de volonté de panser nos plaies et de dire : stop, ça suffit ! On se sent abandonnés. Normalement le gouvernement devrait être un peu plus présent. Ce n’est pas le cas », a déclaré le jeune Ismaël.

Pour poser des jalons durables de la paix, des recommandations ont été formulées par les leaders engagés dans le processus de réconciliation et de reconstruction. Il est question de capitaliser les acquis de cette session en encourageant la participation des jeunes et des femmes au processus de paix, au dialogue et à la réconciliation.

Durant l’année 2019, la ville de Birao a été particulièrement confrontée à une crise qui s’est manifestée par des heurts entre des groupes armés. Les séquelles demeurent encore latentes et visibles. Le tissu social s’est considérablement déchiré entre les communautés qui, jadis vivaient en paix et parfaite cohésion. Consciente et surtout préoccupée par cette situation, la MINUSCA, malgré la fragilité du climat sécuritaire, travaille à juguler la crise, à travers des séances de sensibilisation, entre autres.

Commentaires Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here