Cameroun : Les mutilations génitales féminines demeurent un fléau

0

C’est ce qu’on retient de la déclaration de Marie Thérèse Abena Ondoa faite le 06 février 2020 à Yaoundé, à l’occasion de la 13eme édition de la Journée Internationale Tolérance Zéro aux Mutilations Génitales Féminines.

Malgré les actons engagées, le fléau persiste. Selon l’EDS-Mics 2011, le taux de prévalence est de 1,4% sur l’ensemble du territoire national et de 20% dans les zones foyers. Au regard de ces taux de prévalence dont les multiples conséquences affectent la santé sexuelle et reproductive de la gent féminine, la réponse gouvernementale au cours de ces 10 dernières années au Cameroun a porté sur la prévention à travers la prévention et le plaidoyer.

Le dispositif institutionnel de prise en charge des victimes a été renforcé par la mise en place des comités locaux de lutte contre les mutilations génitales féminines et les excisions dans les zones foyers. Des plateformes d’intervention ont été élaborées dans la perspective de la prise en charge intégrée, multisectorielle et coordonnée des mutilations génitales féminines.

D’importantes synergies entre le parlement, le gouvernement, les leaders communautaires et la société civile ont vu le jour. Il convient de rappeler que la loi N°2016/007 du 12 juillet 2016, marque la fin de l’impunité au Cameroun. Le Ministère de la Promotion de la Femme et la Famille (MINFOF) est engagé dans une lutte sans merci contre les mutilations génitales féminines.

Tous les acteurs publics et privés sont ainsi interpelés en vue d’une conjugaison d’acteurs en faveur de l’éducation, la formation et l’information de la fille et du garçon dans tous les réseaux. La 13 eme édition de la Journée Internationale Tolérance Zéro aux Mutilations Génitales Féminines a pour thème : « Investir dans les adolescents, filles et garçons, à travers la formation et l’information afin d’assurer l’atteinte de l’objectif tolérance zéro aux mutilations génitales féminines. »

Commentaires Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here