Burundi : RSF lutte pour l’acquittement de Christine Kamikazi

0

Le parquet a requis 15 ans de prison le 30 décembre 2019 contre Christine Kamikazi, Agnès Ndirubusa, Térence Mpozenzi et Egide Harerimana, journalistes pour Iwacu, l’un des rares médias indépendants encore présents au pays de Nkuruziza.

Selon Reporters Sans Frontières (RSF), ce réquisitoire est l’un des plus sévères jamais prononcés contre des journalistes de la région ces dernières années. Les juges doivent décider de leur sort dans les prochains jours, Christine Kamikazi et ses camarades encourent une peine extrêment lourde pouvant aller jusqu’à la perpétuité. L’équipe de reporters a été arrêtée le 22 octobre 2019.

Les journalistes ont été appréhendés après avoir tenté de couvrir, une attaque surprise d’un groupe de rebelles burundais opposé au régime du Président Pierre Nkurunziza. Ils sont accusés de « complicité d’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat. » Pourtant, d’après Reporters Sans Frontières aucun message et aucun appel entre eux et les rebelles n’ont été trouvés sur leurs téléphones portables. Ces portables ont été passés au crible par les services de renseignements. Pour RSF, ces journalistes n’ont fait que leur travail en allant vérifier sur place des informations qui faisaient état d’affrontements armés.

Reporters Sans Frontières dispose de seulement quelques jours pour faire pression sur les autorités burundaises et obtenir leur acquittement. Une pétition a été lancée pour sauver les rares voix indépendantes du Burundi. L’organisation de défense de la liberté de la presse dans le monde invite toutes les bonnes volontés à signer cette pétition et à la partager sur les réseaux sociaux avec le hashtag #FreeIwacu.

Commentaires Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here