Cameroun : Fabrice Ondoa éclaboussé par la gestion de son académie

0

Il y a à peine quelques mois que le club de 3ème division AS Valence s’est transformé en Académie Fabrice Ondoa. Mais des voix s’élèvent déjà pour exprimer leur ras-le-bol.

Selon nos informations, l’Académie Fabrice Ondoa est devenue le siège du copinage où chacun agit en fonction de ses intérêts égoïstes. Avec comme Manager Général Anicet Stéphane Koung qui a été limogé de Renaissance de Ngoumou il y a quelques jours, et Ernest Ava alias « Mentaliste » coach cadets (U17), l’Académie du Lion Fabrice Ondoa ne fait que s’enfoncer dans les eaux troubles de l’amateurisme. « C’est lamentable pour une académie d’un champion d’Afrique. Vous savez que la masse salariale s’élève à 20.000 FCFA/mois pour les entraineurs des différentes catégories ? Ce montant n’atteint pas le SMIG au Cameroun. Chose que l’international camerounais Fabrice Ondoa ignore, » s’offusque un dirigeant du football camerounais.

Des sources indiquent que les encadreurs de l’Académie Fabrice Ondoa déplacent les joueurs pour des matchs amicaux, sans leur fournir le matériel adéquat à savoir les maillots, godasses, protège-tibias et bien d’autres accessoires. Pendant que les joueurs manquent presque de tout, le Manager Général de l’Académie Fabrice Ondoa passe le temps à distribuer ce matériel au quartier. Le gardien des Lions Indomptables ne comprend pas pourquoi ses amis vivent dans le dénuement. Pourtant à chaque occasion, il expédie des équipements pour les pensionnaires de son académie.

Autre chose qui ravive les tensions des parents, c’est que les joueurs se déplacent sans aucune garantie ni sécurité. Ces derniers n’ont pas de frais de taxis pour se rendre sur les lieux des différentes rencontres. Il n’y a pas d’eau, pas de fruits ni même un morceau sucre pour remonter les joueurs. Pire encore après les rencontres, les joueurs sont obligés d’user leurs souliers pour regagner leurs maisons. Toutes ces misères infligées aux jeunes de l’Académie Fabrice Ondoa ternissent non seulement l’image de l’international, mais aussi du Cameroun tout entier. Il faut vraiment que les choses changent au sein de l’académie. Une académie n’est pas un club du deux zéro. C’est une entité qui doit fonctionner absolument à l’ombre du professionnalisme.

Commentaires Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here