Cameroun : L’ONG JVE se dresse contre l’intoxication au plomb

0

L’Organisation Non Gouvernementale s’est prononcée au cours d’une table ronde, qu’elle a organisée le 23 octobre 2019 à Yaoundé.

Au Cameroun, le fardeau macroéconomique de l’exposition au plomb s’élève à 2,52 milliards de dollars chaque année. Ce montant est trois fois l’enveloppe totale de l’aide au développement que le pays reçoit par an. Selon Mbassi du Ministère de l’Industrie des Mines et du Développement Technologique (MINMIDT), le plomb produit des effets néfastes sur l’homme. A fortes doses, le plomb peut conduire à des encéphalopathies, des neuropathies et au décès chez l’adulte et chez l’enfant. Ce métal provoque également des troubles digestifs tels que la colique saturnine, douleurs abdominales chez l’humain.

Le plomb présente également des effets sur la pression artérielle, sur la fonction rénale chez l’adulte ainsi que sur la reproduction et le développement de l’enfant et sur le système nerveux central (diminution de points de quotient intellectuel, troubles de l’attention) chez l’enfant, même à des faibles doses. La plombémie ou taux de plomb dans le sang est l’indicateur de référence pour dépister une contamination. Une fois dans l’organisme, le plomb se stocke, notamment dans les os, d’où il peut être libéré dans le sang, des années ou même des dizaines d’années plus tard notamment lors d’une grossesse ou en cas d’ostéoporose.

L’élimination du plomb dans l’organisme est lente après l’arrêt de l’exposition. Sa demi-vie est de 15 à 20 ans. Les études révèlent que les personnes les plus vulnérables sont les enfants et femmes enceintes. Lorsqu’ils sont exposés à la présence de plomb dans l’environnement, les enfants, particulièrement ceux âgés de moins de 06 ans, constituent une population à risque, pour plusieurs raisons. Pendant les premières années de sa vie, l’enfant porte spontanément les mains et les objets à la bouche. Il ingère ainsi une grande quantité de poussières. Dans certaines conditions, ce comportement peut aller jusqu’à l’ingestion de particules non alimentaires.

Le gamin peut avaler la terre ou des écailles de peintures. Ces dernières peuvent être très riches en plomb, en particulier dans l’habitat ancien. Pour une même imprégnation, les effets toxiques du plomb sont plus importants et plus sévères que chez l’adulte, en raison du processus de développement cérébral. Le plomb passe la barrière transplacentaire et l’intoxication peut commencer dès la vie intra-utérine. Chez l’enfant, l’absorption de plomb entraîne des troubles à l’acquisition de certaines fonctions cérébrales supérieures. Ceci est cause de retards intellectuels, de difficultés d’apprentissage, d’irritabilité et de troubles du sommeil, etc.

 

Commentaires Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here