RD Congo : La MONUSCO enquête après la saisie de 10 bombes

0

La Police de la MONUSCO projette de mettre en contact les enquêteurs nationaux et le Service Anti-mines des Nations Unies (UNMAS), pour la suite des opérations qui permettront de désamorcer ou neutraliser ces engins saisis à Butembo.

Les experts de la MONUSCO et des FARDC veulent rassembler des éléments de preuves qu’ils mettront à la disposition des enquêteurs. Il s’agira de relever des traces papillaires et des pièces à conviction. Les experts de la Police des Nations Unies se sont rendus au camp militaire aux fins de constatations techniques avec une équipe d’enquêteurs de l’auditorat militaire de Butembo. Selon les agents de contrôle qui ont mené cette saisie, les engins explosifs improvisés étaient en provenance de Kabasha-Kisalala.

Kabasha-Kisalala est une zone d’insécurité située à Kalunguta. Les bombes étaient transportées par un conducteur de moto. Une équipe de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a été attaquée dans cette zone le 03 août dernier et un major FARDC y a été kidnappé. Les agents de défense et de sécurité en faction à la barrière Kangote à l’entrée Nord de la ville de Butembo, dans le Nork-Kivu, ont fait la saisie des engins explosifs improvisés (EEI) ou bombes artisanales. La Police de la MONUSCO et les FARDC ont initié une analyse criminalistique.

Les engins explosifs improvisés sont utilisés de plus en plus dans les conflits. Ils sont devenus l’arme de prédilection des agresseurs dans la zone et constituent donc une menace grandissante pour la population et les organisations humanitaires qui travaillent dans les zones de conflit. La présence des experts de la Police de la MONUSCO auprès des enquêteurs congolais est une pratique courante. Les Policiers des Nations Unies apportent régulièrement à leurs collègues de la PNC, leur expertise en matière de Police Technique et Scientifique.

Commentaires Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here