Cameroun : Le RELUFA plaide pour l’accès des femmes à la terre

0

La question était inscrite au cœur, d’un atelier de renforcement des capacités à l’intention des hommes de médias organisé par le Réseau de Lutte contre la Faim (RELUFA) le 04 octobre 2019 à Yaoundé,

Selon Sa Majesté Bruno Mvondo, Chef Traditionnel et Président du Réseau des Chefs Traditionnels d’Afrique pour la Gestion Durable de la Biodiversité et des Ecosystèmes de Forêts (ReCtrad), les femmes sont gestionnaires de plusieurs hectares de terre en zone forestière du Centre, Sud et Est Cameroun. Toutes les jachères sont gérées par les femmes, et elles se transmettent d’une femme à une autre (mère à fille, belle-mère à bru…).

De l’avis de Coordonnateur du ReCtrad, c’est dans ce sens que les jachères ne portent que les noms de femmes, jamais des hommes. Même lorsque la femme a divorcé avec son mari, on parle toujours de la portion de terrain de « sa femme qui était partie ». Ce qui suppose sa prochaine épouse va l’occuper, ou alors l’épouse de son fils, étant entendue qu’il s’agit déjà d’un bien familial, un acquis familial qui est inaliénable.

Les chefs et notables veillent à la sécurisation des terres  des veuves, des orphelins et des familles démunies dans plusieurs chefferies et villages du Cameroun. Il y a un code de gestion des terres dans certains villages avec un comité local. Dans les régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest par exemple, un plan local de gestion participative des terres est en vigueur. Les municipalités s’impliquent à la réalisation et l’utilisation de la cartographie des usages des terres dans certains villages.

Bruno Mvondo pense que les lois foncières doivent tenir compte des contextes politique, social, administratif et autre. Le droit coutumier n’exige pas d’être validé par la loi de l’Etat. Il faut développer le plaidoyer afin de modifier considérablement les lois et pratiques relatives à la gestion  des terres au Cameroun ; harmoniser ou compléter le droit des Etats avec le droit coutumier ou vice versa et enseigner les coutumes et traditions aux enfants.

Commentaires Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here