Centrafrique : Le JPN de Bambari réouvert

0

La cérémonie s’est déroulée le 26 septembre 2019, en présence des autorités civiles et militaires de la localité, des représentants du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et de la MINUSCA.

Le Centre de Formation Professionnelle de la Jeunesse Pionnière Nationale de Bambari (JPN) rouvre ses portes après plusieurs années d’inactivité, à cause de la crise socio-politique que connaît la RCA. Cette réouverture s’inscrit dans le cadre du Projet d’Appui à la Restauration de l’Autorité de l’Etat et au relèvement économique à Bambari. L’objectif du projet est de contribuer à l’amélioration de la situation sécuritaire, la poursuite du redéploiement de l’administration publique, la relance des services publics de base et l’amélioration des moyens de subsistance des populations.

Pour ce nouveau départ, le Centre de Formation Professionnelle de Bambari accueille une première vague de 100 jeunes apprenants, dont 30 jeunes filles. Ces derniers suivront une formation intensive de trois mois dans des filières de la couture, la mécanique, la maçonnerie et la menuiserie. En complément, ils recevront une formation en éducation civique pour leur inculquer les valeurs du vivre-ensemble, de l’éducation à la paix et la citoyenneté.

Le Centre, détruit pendant la crise, a été entièrement rénové et équipé en matériels de bureau, mais aussi en équipements divers composés, entre autres, de 30 machines à coudre, 15 brouettes, 3 moteurs à essence et gasoil, grâce au partenariat entre la République Centrafricaine et le PNUD, avec l’appui financier du Fonds des Nations Unies pour la Consolidation de la Paix (PBF). Selon Moubarakou Salami du PNUD, la réouverture du Centre marque la célébration d’une nouvelle dynamique.

La crise que traverse la Centrafrique depuis 2013 a mis à rude épreuve l’éducation et la formation professionnelle dans le pays. Et particulièrement dans la Ouaka où la jeunesse sans qualification vit dans la précarité. Face à cet état de choses, de nombreux jeunes ont choisi de rejoindre les groupes armés ou de s’adonner à des activités criminelles, mettant ainsi leur vie et celle des autres en danger. De l’avis de Judes Doté, Sous-préfet de Bambari, les apprenants doivent faire preuve de discipline et de professionnalisme.

Commentaires Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here