Nigéria : 22.000 disparitions attribuées à Boko Haram

0

Selon le Comité International de la Croix Rouge (CICR), c’est la résultante des exactions perpétrées depuis une décennie dans le nord-est.

Jamais l’institution n’avait enregistré un nombre aussi élevé de personnes disparues dans un seul pays. Environ 60 % de ces personnes étaient mineures au moment de leur disparition, ce qui signifie que des milliers de parents ignorent où se trouvent leurs enfants et s’ils sont encore en vie. D’après Peter Maurer, Président du CICR, le pire cauchemar de tout parent est de ne pas savoir où est son enfant. C’est une épreuve terrible des milliers de pères et de mères nigérians, plongés dans l’angoisse d’une quête sans fin.

Deux millions de personnes ont fui leurs foyers dans le nord-est du Nigéria. A Monguno, les déplacés internes sont presque deux fois plus nombreux que les résidents. Les soins de santé sont par ailleurs une préoccupation majeure. Le personnel médical et les structures sanitaires continuent d’être la cible d’attaques. Il y a près d’un an, deux sages-femmes du CICR, Hawa Mohammed Liman et Saifura Hussaini Ahmed Khorsa, ont été assassinées après avoir été enlevées dans le dispensaire de Rann (État de Borno) où elles travaillaient.

« Les gens ont le droit de savoir ce qu’il est advenu de leurs proches disparus, et il faut faire beaucoup plus pour prévenir les séparations familiales », a déclaré le président Peter Maurer. C’était à l’issue d’une visite de cinq jours au Nigéria. Bon nombre de familles du nord-est du Nigéria ont été séparées alors qu’elles fuyaient des attaques. D’autres ont perdu la trace de proches après qu’ils ont été enlevés ou placés en détention. Le Comité International de la Croix Rouge s’efforce de localiser les personnes disparues par différents moyens.

Il procède à l’affichage de photos, aux appels de noms ou porte-à-porte dans les camps de déplacés et les communautés. Depuis que le CICR a ouvert ses premiers dossiers en 2013, seuls 367 cas ont pu être résolus. Ce qui montre bien à quel point, il est difficile de retrouver les personnes disparues et de les remettre en contact avec leur famille au Nigéria. De vastes zones du nord-est du pays restent totalement hors d’atteinte des organisations humanitaires. Beaucoup d’habitants ont été déplacés par les combats à de multiples reprises. Ce qui rend les recherches complexes.

 

 

 

 

Commentaires Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here