Cameroun : Le rôle des tradipraticiens reconnu

0

La remise des attestations de participation à un atelier organisé à leur intention par l’Université de Yaoundé I, témoigne d’une avancée majeure.

A l’occasion de la célébration le 31 août 2019 de la 17ème édition de la journée internationale de la médecine traditionnelle sous le thème : « l’intégration de la médecine traditionnelle dans les programmes d’enseignement pour les étudiants en science de la santé des universités dans la région africain », l’Association des Tradipraticiens du Cameroun a invité la presse à un échange le 31 août 2019 au siège de Prometra à Yaoundé. Cette cérémonie était couplée à la remise des attestations à près de 25 Tradipraticiens ayant participé à un important atelier.

Les professionnels de la médecine traditionnelle ont du 27 au 30 août 2019 appris à fabriquer les médicaments traditionnels améliorés avec, l’éventualité d’obtenir l’autorisation de mise sur le marché (AMM). C’était au cours d’un séminaire organisé par le département de pharmacologie et de médecine traditionnelle de la Faculté de Médecine et des Sciences Biomédicales de l’Université de Yaoundé I. Les Tradipraticiens Formés (TPF) ont bénéficié des notions telles que les bonnes pratiques d’hygiène et de la fabrication des médicaments traditionnels améliorés (MTA), la botanique et l’écologie élémentaire, les méthodes d’extraction de substances potentiellement actives, précautions de toxicité des plantes, organisation, éthique et déontologie de la pratique de la médecine traditionnelle, culture et conservation des plantes médicinales.

C’était sous le contrôle du Docteur Rose Ngono Mballa, chef de département de pharmacologie et de la médecine traditionnelle à la Faculté de Médecine et des Sciences Biomédicales de l’Université de Yaoundé I. La rencontre avec la presse était donc l’occasion pour le président de l’association des tradipraticiens et son bureau de montrer la volonté de ce secteur de s’arrimer aux nouvelles exigences, d’assainir le milieu et de demander encore plus au Ministère de la Santé (MINSANTE) de se pencher sur certains dossiers en vue d’une collaboration efficace entre les médecines moderne et traditionnelle.

La célébration de la 17ème Journée Africaine de la Médecine Traditionnelle a bénéficié du soutien de l’Organisation Mondiale de la Santé. L’OMS estime que 80% des populations rurales des pays en voie de développement sont tributaires de la médecine traditionnelle pour leurs besoins de santé primaire. C’est donc une nouvelle ère pour ce secteur en pleine expansion. Il faut noter que plusieurs tradipraticiens rompus à la tâche ont une renommée établie au niveau national et international.

C’est le cas du Docteur Dewa qui a déclaré : « Bien que cette médecine coûte chère, de nombreux Camerounais recouvrent la santé à travers les nombreuses gammes de produits variés que notre clinique met à la disposition de nos clients. Le Ministère de la Santé Publique doit nous soutenir. Pour cette édition, il a brillé par son absence à cette cérémonie à laquelle une invitation lui a été adressée. Même le lieu de cette célébration a été délocalisé pour des raisons floues. Qu’à cela ne tienne nous restons confiants quant à l’avenir de ce secteur ». Il faut noter que les cliniques du docteur DEWA sont les premières à avoir hissé la médecine traditionnelle au niveau national et international en termes de guérisons de plusieurs maladies. Les yeux sont tournés vers les pouvoirs publics pour que disparaissent les réticences et préjugés, pour laisser place à une collaboration franche et sincère.

Commentaires Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here