Cameroun : Un collectif d’avocats porte plainte contre le directeur de l’Hôpital Laquintinie

0

De nombreux leaders politiques de l’opposition et de la société civile, ont réagi et appellent le chef de l’Etat, à initier une enquête, et à sanctionner les coupables.

La mobilisation ne faiblit toujours pas dans le cadre de l’affaire Koumatekel, du nom de la dame morte ce samedi, devant la maternité “Ashanti Diamant” de l’hôpital Laquintinie et dont la sœur, a ouvert le ventre pour tenter de sauver les jumeaux. Le collectif d’avocats, a porté plainte ce lundi contre le Directeur général de l’hôpital Laquintinie de Douala, apprend-Koaci auprès de Guy Olivier Moteng, porte parole du collège. Le collectif des avocats, pour la défense de dame Tacke Rose (Koffi) , qui a été obligée d’ouvrir le ventre de dame Monique Koumatekel, et du morguier de l’hôpital Laquintinie, a porté plainte au responsable de ladite institution sanitaire, à la fois pour “omission de porter secours” et pour “homicide involontaire”. Une vingtaine d’avocats, rejoints par Ngnie Kamga, le bâtonnier, estiment que Tacke Rose (Koffi), a été obligée “d’ouvrir le ventre de sa sœur, pour tenter de sauver les jumeaux”. Les avocats indiquent que le morguier a été jeté à la ” vindicte populaire”, par André Mama Fouda, le ministre de la Santé publique qui lui reproche d’avoir dit que les enfants étaient encore vivants au moment de l’arrivée de kumatekel. Ils disent vouloir défendre contre “vents et marées” , Rose Tacke, et les autres personnes interpellées dans le cadre de cette affaire, qui séjournent depuis lundi, à la légion de gendarmerie d’Akwa Sud à Douala. La famille de la défunte et plusieurs médecins et spécialistes, rejettent toujours la version développée par le gendarme de la Santé publique, à Douala depuis lundi soir. André Mama Fouda, devrait avoir des entretiens avec les responsables de l’hôpital Laquintinie, apprend -on. La mobilisation ne faiblit toujours pas. Les camerounais expriment leur ras le bol et appellent à des sanctions. De nombreux leaders politiques de l’opposition et de la société civile, ont réagi et appellent le chef de l’Etat, à initier une enquête, et à sanctionner les coupables.

Source : www.koaci.com

Commentaires Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here