Comores : Azali Assoumani renforce le partenariat avec la France

0

Le président comorien était en visite officielle à Paris du 22 au 25 juillet 2019, pour renouveler les liens de coopération franco-comorienne.

La volonté de dialogue renouvelée entre présidents français et comorien, est le symbole qu’une nouvelle étape a été franchie dans la relation bilatérale entre les deux pays. En parallèle à la rencontre entre les deux présidents, le Ministre comorien des Affaires Etrangères, Souef Mohamed El-Amine, et son homologue français, Jean Yves Le Drian, ont signé un Document Cadre de Partenariat (DCP) formalisant les engagements des deux pays dans plusieurs domaines primordiaux.

Il s’agit de la protection des vies humaines en mer, la formation et l’Insertion socio-professionnelle des jeunes, l’agriculture, la santé et l’éducation. Annexé au DCP, le Plan de Développement France-Comores (PDFC), doté de 150 millions d’euros sur trois ans et mis en œuvre par l’AFD, se traduira par une multiplication par 10 des moyens engagés par la Coopération Française aux Comores. La circulation régulière et maîtrisée des personnes entre les îles de l’archipel des Comores et Mayotte sera également l’une des priorités de ce plan, incluant des actions conjointes contre les trafics d’êtres humains.

Les Comores, en forme longue l’Union des Comores est une république fédérale d’Afrique Australe située dans le nord du canal du Mozambique, un espace maritime de l’océan Indien. Le pays a pour capitale Moroni, pour langues officielles le comorien (shikomor), parlé par 96,9 % de la population. L’Union des Comores est membre de la Ligue arabe, de l’Organisation de la Coopération Islamique, de l’Organisation Internationale de la Francophonie et de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie. Colonie française à partir de 1892, les Comores ont obtenu leur indépendance le 06 juillet 1975.

La constitution considère l’Union des Comores composée de quatre îles dont une administrée par la France. Ce sont les îles autonomes de Grande Comore (Ngazidja), d’Anjouan (Nzwani), de Mohéli (Mwali) ainsi que Mayotte (Mahore). Cette dernière est considérée par le gouvernement comorien comme occupée par la France. l’Assemblée Générale des Nations Unies a condamné cet état de fait jusque dans les années 1990 par plus de vingt résolutions non contraignantes, mais les différents référendums locaux ont montré une volonté claire des mahorais de demeurer français.

 

 

 

Commentaires Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here