Togo : Urmila Bhoola condamne le travail des enfants

0

S’exprimant devant la presse le 31 mai 2019 à Lomé après une visite d’une semaine, elle s’est dite préoccupée par le fait que de nombreux enfants soient soumis aux pires formes de travail.

De nombreuses personnes ont informé la Rapporteure Spéciale au cours de sa visite que le travail des enfants continue d’être accepté par les acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux sur la base de normes et de pratiques culturelles. Toutefois, le Togo s’est engagée dans l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD) de l’ONU et, parmi ces objectifs, il y a l’éradication des pires formes de travail des enfants d’ici 2025.

Selon Bhoola, le gouvernement togolais ne fait pas assez d’efforts pour prévenir et résoudre le problème du travail des enfants en veillant à ce que ces derniers aient pleinement accès à une éducation de qualité. Les familles pauvres continuent de lutter pour envoyer leurs enfants à l’école. Les coûts indirects de l’éducation les rendent vulnérables au travail des enfants. Le développement doit être durable et inclusif pour que les générations futures puissent en bénéficier.

L’experte indépendante a souligné que le Togo a pris d’importants engagements pour se conformer à ses obligations internationales en matière de droits de l’homme. Le régime de Faure Gnassingbé a adopté des lois nationales interdisant le travail forcé, le travail des enfants, la mendicité et les conditions de travail et de vie abusives dans ses réformes en matière de droit pénal de 2015. Les enfants sont astreints au travail en échange de la possibilité d’une éducation.

Commentaires Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here