Cameroun : Paris injecte 528.000.000 FCFA pour l’humanitaire

0

Depuis l’aggravation des tensions dans plusieurs régions ayant entrainé des guerres asymétriques soit entre Camerounais ou encore contre la nébuleuse Boko Haram, spécifiquement du côté du Grand-Nord Cameroun, la France n’a pas failli dans son accompagnement aux côtés de Yaoundé.

Le 06 mai 2019, est une date à retenir dans l’histoire, l’Elysée a décidé d’injecter 528.000.000 FCFA pour diverses missions humanitaires. Aidant dans la formation de notre Armée, le renseignement prévisionnel et la réponse aux crises humanitaires dans plusieurs régions, la France à travers la signature de trois conventions aux profit des populations vulnérables et implémentées par trois ONG Internationales, continue sa coopération avec le Cameroun.

Dans le détail de la signature des conventions au profit de trois ONG Internationales à savoir Première Urgence, Action Contre la Faim et CARE International à travers CARE Cameroun, il s’agira pour la première ONG (Première Urgence) de bénéficier de la somme de 131. 000.000 FCFA.
Ce montant prévu pour être réparti à 3.600 personnes vulnérables regroupées dans 450 ménages dans le Logone et Chari et à l’Extrême Nord, vise à améliorer leur quotidien au cours des mois de juin, juillet et août. Des moments de fortes pluies qui laissent souvent des familles sans revenus à la merci de la vulnérabilité.

Dans le détail du projet, l’on apprend que la somme de 4.000 FCFA sera ainsi reversée aux ménages chaque mois et pendant les trois mois. Certes un montant louable, très loin du SMIG en vigueur au Cameroun qui est de 36.270 FCFA, mais cette aide pourrait-elle véritablement sauver ces familles ? Si elle semble modique, le gouvernement camerounais va-t-il accompagner cette initiative afin qu’elle soit mieux appréciée par la population ? D’après la Chef de Mission de l’ONG Camille Saulnier, le projet verra la participation des ONG Camerounaises SAILD et RACE.

Le deuxième financement de la France au profit de l’ONG Action Contre la Faim (ACF) s’élève à 262 millions de FCFA. Un financement plus complexe, aux dires de la Directrice Pays de l’ONG, à implémenter sur le terrain. D’après elle, si 1.100 ménages devraient bénéficier de ces financements, la méthode choisie sera le transfert d’argent via une microfinance sélectionnée pour l’accompagnement du projet. Après l’identification des personnes cibles, l’argent sera transmis à la microfinance qui enverra ses agents pour la distribution et l’ONG ACF s’assurera par des contrôles que l’argent a été reçu par les bénéficiaires.

Prévu pour être exécuté dans la région de l’Est Cameroun et précisément dans le département de la Kadey, le projet de l’ONG Action Pour la Faim vise principalement les réfugiés basés hors des camps et des populations ayant déjà une expérience d’une activité génératrice de revenus pour un rétablissement des moyens de subsistance. D’après Gilles Thibault, Ambassadeur de France au Cameroun, la région de l’Est accueille déjà plus de 250.000 réfugiés centrafricains.

Le choix de l’ONG Action Contre la Faim n’étant pas fortuite car l’expérience sur le terrain étant acquis, reste à soulager la population des maux qui l’a minent au quotidien.
Action contre la Faim est déjà basée à Batouri, à Kentzou et à Kétté et travaille avec plusieurs ONG Camerounaises. Pour le dernier financement au profit de CARE International via CARE Cameroun, il s’agira de faire bénéficier à la population de la somme de 135.000.000 FCFA. Dans le détail du projet qui compte être exécuté dans la région de l’Extrême Nord, la vulnérabilité des femmes est mise en exergue. D’après Anne Perrot Bihina, responsable du projet, il s’agira d’inciter les jeunes et les femmes à se mettre ensemble pour créer un groupe d’épargne villageois.

Dans un contexte de forte domination des hommes, l’environnement sociologique dans la zone de l’Extrême-Nord ne donne pas souvent une grande chance à la femme dans la société. Avec le projet de CARE Cameroun, la possibilité sera donnée d’aider cette frange de la population à travers le développement des filières agropastorales durables et inclusives pour les femmes et les jeunes. Pour faire ce travail, l’ONG CARE Cameroun s’appuiera sur SANA Logone, une ONG Camerounaise qui mène des activités dans la vallée du Logone jusqu’à Kaélé. Comme innovation, CARE International compte construire dans certains villages des château d’eau avec un système d’approvisionnement du bétail en eau.

La main sur le cœur

L’ambassadeur Gilles Thibault répondant à un journaliste camerounais sur la non prise en compte des régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest va préciser que des projets sont en étude et qu’il ne revenait pas à lui de décider en dernier ressort des financements à allouer à tel projet ou tel autre. D’après ses dires, l’Ambassade de France via plusieurs ONG et Associations collecte des données sur le terrain pour une réponse humanitaire. Les enveloppes contenant les projets à financer sont acheminées à Paris et un groupe de travail décide des montants à octroyer aux projets présentés. Mais pour y arriver, l’information recueillie sur le terrain, à bonne source, est cruciale et le gage des bons choix de projets à impact important sur la population vulnérable.

Commentaires Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here