Cameroun : 10 morts et 04 blessés au cours de l’assaut de Tchakamari

0

Selon les informations recueillies en haut lieu, c’est le vrai bilan de l’attaque terroriste qui s’est déroulée la nuit du 18 au 19 avril 2019.

A en croire un rapport transmis à la plus haute hiérarchie du Cameroun, la situation humanitaire de la ville de Tchakamari est critique. La population est en détresse et attend toujours l’aide du gouvernement au moment de l’entame de la période du Ramadan. On dénombre 10 morts ont été enregistrés. 02 hommes de 70 ans, 01 homme de 80 ans, 03 enfants de 4 ans, 01 enfant de 14 ans, 01 homme de 35 ans, 01 femme de 40 ans et 01 homme de 36 ans.

Pour les blessés, on en compte 04 au total. 01 homme de 75 ans, 01 homme de 55 ans, 01 homme de 30 ans et 01 homme de 50 ans. Comme dégâts matériels, on déplore 800 cases brûlées, 62 motos brûlés, 01 camion brûlé, 01 camionnette brûlée, 13 boutiques brûlées, 06 moulins brûlés, 10.000 sacs de mil, 630 sacs de haricot, 35 moutons, 17 vélos et des effets vestimentaires emportés dans les flammes. Comme matériels emportés par les assaillants de Boko Haram, on dénombre 48 motos emportées, 60 têtes de bœufs, 326 chèvres et moutons.

D’après les témoignages, le Ministre Talba Malla Ibrahim a été le premier dignitaire de l’Extrême Nord à réagir promptement pour aider ses frères en détresse. Arrivé à Tchakamari le 28 avril 2019 muni de dons de plusieurs natures, l’actuel Ministre Délégué à la Présidence chargé des Marchés Publics a réconforté les familles ayant perdu des proches dans les incendies des domiciles. Talba Malla a accordé un apport financier pour enterrer les morts avant son arrivée. Hormis cela, les brûlés ont bénéficié des nattes, des céréales et des soins à l’initiative du Ministre.

Pour une population de Tchakamari estimée à plus de 3.000 âmes, l’effort de solidarité devait être motivant pour l’Elite du Mayo-Sava. Mais hélas ! En attendant le geste magnanime du Chef de l’Etat et l’aide substantielle du gouvernement camerounais, plusieurs autres âmes de bonne volonté se mobilisent pour atténuer les souffrances des familles victime de la barbarie de la secte islamiste Boko Haram. Pour emboîter le pas à Ibrahim Talba Malla, la Vice-présidente de la Section OFRDPC du Mayo-Sava Nord et employé de l’ENAM, Madame Aichatou Sali a lancé tout récemment à l’ENAM l’opération « Solidarité Enfants du coin et Ames de bonne volonté ».

Les fonds et de dons collectés déjà transmis semble soulager pour un temps, cette population meurtrie qui a tout perdu. Et Madame Aichatou Sali de déclarer : « A 48° à l’ombre lorsque vous n’avez rien à vous mettre sous la dent c’est difficile. J’en appelle à un élan de solidarité nationale à grande échelle pour sauver nos frères. Avec des agriculteurs qui cultivent une seule fois l’année et qui avaient gardé des réserves dans les greniers, la sauvagerie des terroristes de Boko Haram les a mis dans une situation d’inconfort. ».

Un nouveau découpage administratif s’impose

Le Mayo Sava est devenu très vaste à ce jour. Comptant 16 cantons et 4 groupements, cette unité administrative compte pas moins de 400.000 âmes concentrées dans la seule ville de Mora. Pour une dotation de la décentralisation de 100.000.000 FCFA, les besoins en développement de la population ne peuvent être comblés. Pour un ratio administratif de 50 à 60.000 âmes pour une unité administrative devant abriter en son sein des structures de sécurité (brigade, commissariat de sécurité publique et spéciaux, légion, etc.), le Mayo Sava pour sa survie doit être découpé en plusieurs unités administratives au regard de la densité de la population.

A ce jour, le Mayo Sava compte seulement trois arrondissements à savoir Mora, Tokombéré et Kolofata. D’après le recensement de la population de 2005, Kolofata compte 77.857 habitants. Tokombéré abrite 91.256 habitants et Mora en comptait 179.777 habitants. Rendu en 2019 soit 14 ans après, la population de ces localités a considérablement augmenté d’où l’urgence d’un nouveau découpage administratif pour répondre efficacement au phénomène de l’insécurité. Aux dernières nouvelles, le record des inscriptions sur les listes électorales dans l’Extrême-Nord est détenu par le Mayo Sava en 2019 avec 2.930 nouveaux inscrits. La seule ville de Mora a enregistré 2.230 sur le nombre total du département.

Commentaires Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here