Soudan du Sud : MSF soigne 100.000 victimes de violence

0

Médecins Sans Frontières (MSF) a démarré un projet à Ulang, près de la frontière éthiopienne afin de répondre aux besoins des populations.

MSF a déjà mis en place un hôpital de 30 lits et organisé un système de référence vers cette structure. C’est la seule disposant de soins secondaires pour les quelque 100.000 personnes vivant dans la ville d’Ulang et dans les villages le long du fleuve Sobat. Entre octobre 2018 et avril 2019, les équipes MSF à Ulang ont dispensé 3.200 consultations.

Elles ont assisté 81 accouchements et 719 patients ont été hospitalisés, dont 287 enfants dans l’unité pédiatrique.
En plus de prendre en charge les grossesses compliquées. Les agents de Médecins Sans Frontières traite les personnes atteintes de paludisme sévère ou victimes de blessures par balle dues à la violence intercommunautaire qui continue de sévir.

MSF soigne souvent des cas compliqués de co-infections tuberculose et VIH chez des patients qui peuvent avoir des symptômes depuis un an ou plus, mais qui n’ont jamais été diagnostiqués ou traités. Selon le Chef de Mission MSF au Soudan du Sud Abdalla Hussein, à cause du conflit, de nombreux habitants de cette zone située entre les lignes de front ont été forcés de se déplacer, souvent plusieurs fois.

Les uns se sont réfugiés en Ethiopie et vivent dans des camps. Les autres sont revenus et ont constaté qu’il n’y a plus de services disponibles ni de moyens de subsistance. En juillet 2018, Médecins Sans Frontières a lancé une intervention d’urgence rapide.
Entre octobre 2018 et avril 2019, les équipes MSF à Ulang ont dispensé 3.200 consultations.

« Notre objectif est d’offrir des soins secondaires aux populations très vulnérables. Celles-ci subissent des épidémies récurrentes et des épisodes de violence. Elles vivent dans des conditions désastreuses, avec un accès très limité aux services de base. Cela signifie qu’il faut parfois marcher des heures ou même des jours pour atteindre des soins vitaux, » explique Abdalla Hussein.

Commentaires Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here