Sénégal : Les Syndicats des enseignants en colère contre Macky Sall

0

La sortie du chef de l’Etat sénégalais le 1er mai 2019, annonçant que l’Etat ne peut pas augmenter les salaires, ni faire des alignements sur le système indemnitaire n’est pas du goût des seigneurs de la craie.

Le président Macky Sall s’exprimé au cours de la cérémonie de réception des cahiers de doléances des centrales syndicales. L’annonce de Sall enrage les syndicalistes parce que e gouvernement ne veut pas respecter les engagements pris depuis fort longtemps. Les syndicalistes comptent mobiliser leurs énergies pour obtenir satisfaction. Au Sénégal, la fête du travail est un jour de dialogue et de concertation avec le mouvement syndical.

Une volonté manifeste de ne pas respecter les engagements

La plupart des syndicats affirment que, tenir une telle déclaration est une manière de mettre un terme au dialogue et de remettre en cause l’ensemble les accords signés. Une chose que les syndicalistes ne sont pas prêts d’accepter. Souleymanou Diallo, SG du Syndicat des Enseignants Libres du Sénégal(SELS) a souligné : « Nous n’allons pas accepter cette mesure du gouvernement allant dans le sens d’augmenter le prix du ciment, du fer, pendant qu’il annonce une année sociale en réduisant le pouvoir d’achat des travailleurs. Comment les travailleurs pourront-ils avoir accès au logement social face à ces mesures antisociales ? Nous comptons nous retrouver pour que la bataille que nous allons engager ne soit pas seulement d’un syndicat mais des centrales. »

Pour Abdou Faty, SG du SELS/A, le chef de l’Etat Macky Sall fait du wax waxet. Avant les élections, il était favorable pour la matérialisation des accords dans le cadre du monotoring. C’est maintenant qu’il vient tenir ce genre de discours qui ne fait qu’envenimer la situation. C’est un manque de vision que le président du Sénégal a décliné en soutenant qu’il n’est pas capable d’augmenter les salaires.

Constituer la base la plus sûre pour réaliser sa stratégie dite « Fast Track »

Certains cadres syndicaux pensent que la déclaration de Macky Sall est la meilleure façon de démoraliser les ressources humaines. Cheick Mbow, Coordonnateur de la Coalition des Organisations en Synergie pour la Défense de l’Education Publique (COSYDEP) a déclaré : « Nous devrions tout d’abord rappeler que le président de la République s’était bien engager, à corriger les incohérences et les injustices dans le système de la rémunération de la fonction publique. Mieux, à partir des perspectives positives et optimistes, le président devrait plutôt créer les conditions d’une motivation optimale des ressources humaines afin qu’elles soient prêtes à s’engager avec lui dans cette aventure. En tout état de cause, aucun gouvernement n’a jamais offert une quelconque augmentation sur un plateau d’argent. Une augmentation ne se quémande pas. Elle doit être le fruit d’une conquête syndicale. Si les syndicats en font une revendication importante, ils doivent se donner les moyens pour sa satisfaction. De surcroit, face aux crises sociales liées au faible pouvoir d’achat, un gouvernement est attendu dans sa capacité à lever des ressources additionnelles à partir des financements innovants qui dépassent les sources classiques (impôts et taxes), et arbitre en faveur des véritables porteurs de la croissance. »

Commentaires Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here